Esprit S.F.

Culture S.F. F. & F. (Science-Fiction, Fantasy & Fantastique)

Hard science, de la S.F plus « science » que « fiction »

arton24-55782La Hard Science est un genre particulier de la S.F. en ce sens que, comme son nom semble l’indiquer (« science pure et dure », si je devais traduire), ses histoires se déroulent dans un contexte à forte plausibilité scientifique. Bien souvent dans ce type de roman, les héros ne sont pas des personnages mais des idées.

Que ce soit dans les domaines de la chimie, la physique, la biologie, l’informatique, l’astronomie, le langage, la sociologie… les auteurs explorent ce que la science nous offre de concepts novateurs, et extrapolent leur devenir dans un futur plus ou moins lointain. Ou alors ils utilisent les connaissances actuelles de la science pour que l’intrigue soit la plus crédible possible.

Par exemple, dans leur roman Au cœur de la comèteDavid Brin et Gregory Benford, dans un soucis de coller au mieux à la réalité, sont allés jusqu’à calculer les trajectoires de la comète de Haley et du vaisseau envoyé à sa rencontre. De même, dans 2001 l’odyssée de l’espaceArthur C. Clarke a mis toutes ses connaissances en astronautique au service d’un roman passionnant (D’ailleurs, dans le genre hard science, Arthur C. Clarke est un de mes auteurs préférés).

On pourrait penser qu’un roman respectant autant la réalité scientifique ne peut être que barbant et totalement hors de portée du vulgus pecum. Si cela est vrai pour certain — j’y reviendrai plus tard — il existe des auteurs qui arrivent à concilier parfaitement le côté scientifique et la dimension épique du récit. Il suffit de lire Mission gravité de Hal Clement pour être émerveillé par l’imagination de l’auteur et se passionner pour les aventures de ses créatures évoluant sur une planète à la vitesse de rotation très élevée (qui implique des effets gravitationnels assez bizarres.) De même, dans leur Problème de Turing, Marvin Minsky et Harry Harrison dépeignent parfaitement l’émergence d’une conscience artificielle tout en nous immergeant dans un thriller palpitant.

Un autre exemple de perfection dans le domaine de la hard science : la trilogie Mars de Kim Stanley Robinson. Après un travail de recherche de près de 17 ans, l’auteur a imaginé un scénario possible pour la conquête de Mars. Rien n’a été laissé de côté : astronautique, ingénierie, chimie, biologie, écologie planétaire… mais aussi politique, interactions entre groupes sociaux très divers, conflits… Même si certains passages peuvent sembler un peu longuets, KSR a réalisé un véritable chef d’œuvre qui donne ses lettres de noblesse à la hard science.

Malheureusement, il faut bien reconnaître que certains romans s’avèrent incompréhensibles ou très difficiles à aborder pour qui ne serait pas un spécialiste de la discipline. Ainsi, j’ai eu beaucoup de mal à lire L’enchâssement de Ian Watson qui traite de l’importance du langage dans l’acquisition, ou l’émergence, de l’intelligence. De même, Isolation de Greg Egan m’a laissé un arrière-goût de n’importe-quoi à la sauce techno-blabla complètement incompréhensible.

En conclusion, je dirais que pour apprécier pleinement la Hard Science — genre dont je suis un inconditionnel — il vaut mieux (même si ça ne suffit pas toujours) avoir de solides connaissances dans les thèmes abordés ou, en tous cas, ne pas se laisser rebuter par des sujets qui peuvent paraître abscons mais que les auteurs auront su magnifier.

Bibliographie non exhaustive

Astronomie

  • Le nuage noir, de Fred Hoyle
  • 2001 l’odyssée de l’espace, de Arthur C. Clarke
  • L’Œuf du dragon et Le vol de la libellule, de Robert Forward
  • Voyage, de Stephen Baxter
  • La trilogie Mars (Mars la Rouge, Mars la Verte & Mars la Bleue), de Kim Stanley Robinson
  • La série Mars (Mars & Retour sur Mars), de Ben Bova
  • La série L’anneau-monde (L’anneau-monde & Les ingénieurs de l’anneau-monde), de Larry Niven

Physique

  • Isolation, de Greg Egan
  • Mission gravité, de Hal Clement
  • Le monde inverti, de Christopher Priest
  • Les fontaines du paradis, de Arthur C. Clarke
  • La série Terre (La chose au cœur du monde & Message de l’univers), de David Brin
  • Le cycle des Xeelees (Gravité, Singularité, Flux et Accrétion), de Stephen Baxter

Biologie

Informatique

  • Le problème de Turing, de Harry Harrison & Marvin Minsky
  • Le programme Conscience, de Frank Herbert
  • La série Cryptonomicon, de Neal Stephenson

Langage

  • Babel 17, de Samuel Delany
  • L’enchâssement, de Ian Watson

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Esprit S.F. © 2006 | Contact | Mentions légales Frontier Theme