Esprit S.F.

Culture S.F. F. & F. (Science-Fiction, Fantasy & Fantastique)

La Dernière question (Nouvelle)

The last question
© 1956 – Isaac Asimov

Tout commence comme une farce, lors d’un pari entre deux techniciens de maintenance assignés à la surveillance de Multivac. Les deux comparses posent une question en forme de boutade au super-ordinateur qui régule tous les systèmes de la planète : « Comment inverser le sens de l’évolution de l’entropie de l’univers ? »

Bien sûr, la question est ridicule et le premier étudiant en première année de physique vous dira que c’est impossible : l’entropie ne peut que croître au cours du temps. D’ailleurs la réponse ne se fait pas attendre : « Données insuffisantes pour réponse significative. » Et là-dessus, les techniciens retournent à leurs affaires et oublient leur pari.

Mais c’est sans compter sur l’opiniâtreté d’un ordinateur pour qui une question sans réponse est inadmissible. “Sans réponse” jusqu’à ce que son évolution, au cours des milliards d’années futures, lui apporte enfin une réponse très originale.

Dans ce récit, Isaac Asimov, en plus de digresser sur une question scientifique qui est à la base de la thermodynamique, extrapole le futur de l’informatique en miniaturisant à l’extrême un de ses personnages fétiches : Multivac.

Ce super-ordinateur, qui apparait pour la première fois en 1955 dans la nouvelle Franchise (titre V.O. aux nombreuses traductions), est à l’origine grand comme une ville car, comme le dit lui-même Asimov : « je ne pouvais concevoir d’ordinateur plus puissant qu’en imaginant plus de pièces et d’éléments. »

C’est alors en 1956 — déjà ! — peu après la toute nouvelle découverte du “transistor” au début des années 50, qu’Asimov pense à miniaturiser Multivac par étapes successives mais jusqu’à un point « bien au-delà de toute possibilité », confiera-t-il en 1986 dans la préface au recueil Robot dreams qui contient cette nouvelle.

Ces deux points — entropie et Multivac — associés à une dose certaine d’humour ainsi qu’à une chute absolument jouissive, font de cette nouvelle une des meilleures de la bibliographie d’Asimov.

Notes

Nouvelle lue dans les recueils :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Esprit S.F. © 2006 | Contact | Mentions légales Frontier Theme